15 février 2008

I'm a looser baby so why don't you kill me

On cherchait un film à regarder en "famille" alors on a encore inséré le dvd de "Little Miss Sunshine" dans le lecteur. Toute cette détresse qui finit par les unir alors qu'au départ c'était pas gagné. Ce film installe en moi une sorte de plénitude et me fixe un sourire au visage tellement tous les personnages sont entiers. Pourtant pour le père au départ c'estpas évident de l'aimer. Américain typique qui a tellement peur de l'échec qu'il en fait sa névrose et son métier, qui a de grands discours universels à échelle réduite.

Et puis il dit à Olive cette phrase que je n'avais jamais entendue comme hier soir "Les vrais perdants sont ceux qui n'essaient pas, parce qu'ils ont peur de ne pas y arriver".

Dans ta face ma cocotte, tu viens de te ranger dans une nouvelle boite, d'un coup en comprenant qui tu es.

C'est tellement évident comme définition que j'étais passée à côté. Les perdants je les voyais plutôt autrement mais à y réfléchir peut-être pas tant. Sauf que j'oubliais de m'inclure dedans.

J'ai tellement la trouille de me vautrer, d'être nulle, d'être jugée, de me juger que je ne bouge pas. Je me désire si parfaite, sans arriver à l'être, que l'abstention me contente. Je me suis trouvée une place convenable sur une petite marche où le vent ne souffle pas trop fort, ne me décoiffe pas, où le soleil ne me fais pas transpirer. Tu peux arriver quand tu veux, je serai toujours fraîche et dispose, prête à l'emploi, parfaite pour si...

J'ai continué de regarder en épiant bien les comportements de chacun. De la détresse, du désespoir, de la tristesse peut naître la joie. Je n'ai plus qu'à prendre toutes mes faiblesses et en faire des forces. Je n'ai plus qu'à attraper la main qu'il me tend, me lancer, crier, prier, mais avancer.

Posté par Traash à 12:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur I'm a looser baby so why don't you kill me

Nouveau commentaire